Douce Addiction https://douce-addiction.fr Fri, 09 Nov 2018 18:58:18 +0000 fr-FR hourly 1 La pâte sablée parfaite (maison) https://douce-addiction.fr/pate-sablee-maison/ https://douce-addiction.fr/pate-sablee-maison/#respond Fri, 09 Nov 2018 18:52:11 +0000 https://douce-addiction.fr/?p=660494 Il faut que je vous avoue quelque chose : à la maison, c’est toujours l’Amoureux qui fait les pâtes. A l’époque où je m’étais renseignée pour passer mon CAP Pâtisserie, on avait été visiter l’école Ferrandi et je me souviens qu’il m’avait alors confié qu’il aurait aimé apprendre à faire du pain. A défaut de suivre une formation, il a commencé à essayer quelques recettes lorsque nous avons emménagé ensemble : pâte à pain, à pizza, fougasse… Il a fait pas mal d’essais, plus ou moins réussis, mais toujours avec plaisir. Et puis un jour, il s’est essayé à la pâte sablée et c’est clairement la meilleure que j’ai mangée. On l’utilise comme pâte à tarte mais également comme pâte à sablés, c’est un régal. Et voilà, vous avez désormais vous aussi de quoi faire une excellente pâte sablée maison ! N’hésitez pas à l’agrémenter selon vos envies, en remplaçant la vanille par de la cannelle, la poudre d’amandes par de la poudre de noisettes ou de noix de coco, ou même en y ajoutant du chocolat en poudre comme dans ma recette de tarte framboises-chocolat. Et si vous souhaitez faire une pâte sablée salée, supprimez simplement le sucre et la vanille, […]

Douce Addiction

]]>


Il faut que je vous avoue quelque chose : à la maison, c’est toujours l’Amoureux qui fait les pâtes.

A l’époque où je m’étais renseignée pour passer mon CAP Pâtisserie, on avait été visiter l’école Ferrandi et je me souviens qu’il m’avait alors confié qu’il aurait aimé apprendre à faire du pain. A défaut de suivre une formation, il a commencé à essayer quelques recettes lorsque nous avons emménagé ensemble : pâte à pain, à pizza, fougasse… Il a fait pas mal d’essais, plus ou moins réussis, mais toujours avec plaisir. Et puis un jour, il s’est essayé à la pâte sablée et c’est clairement la meilleure que j’ai mangée. On l’utilise comme pâte à tarte mais également comme pâte à sablés, c’est un régal.

Pour une délicieuse pâte sablée maison

Print Recipe

Ingredients

  • 100 g de beurre (à température ambiante)
  • 60 g de sucre glace
  • 20 g de poudre d’amande
  • 170 g de farine
  • 1 pincée de fleur de sel
  • 1 gousse de vanille
  • 1 œuf

Instructions

1

Travaillez le beurre jusqu’à ce qu’il devienne crémeux.

2

Ajoutez tous les ingrédients secs : sucre glace, poudre d’amande, farine, fleur de sel et grains de vanille (conservez la gousse pour une autre recette). Mélangez jusqu’à obtention d’un mélange sableux.

3

Ajoutez l’œuf et mélangez de nouveau. Votre pâte doit alors former une boule homogène.

4

Filmez la pâte sablée et réservez-la au réfrigérateur pendant au moins 4 heures avant de l'étaler.

Notes

Enfournez 20 à 25 minutes à 170°C pour une cuisson à blanc. Sinon, suivez le temps indiqué sur la recette de tarte que vous souhaitez réaliser.

Douce Addiction : https://douce-addiction.fr

Et voilà, vous avez désormais vous aussi de quoi faire une excellente pâte sablée maison ! N’hésitez pas à l’agrémenter selon vos envies, en remplaçant la vanille par de la cannelle, la poudre d’amandes par de la poudre de noisettes ou de noix de coco, ou même en y ajoutant du chocolat en poudre comme dans ma recette de tarte framboises-chocolat.

Et si vous souhaitez faire une pâte sablée salée, supprimez simplement le sucre et la vanille, salez un peu plus et assaisonnez de poivre, épices ou herbes aromatiques. Vous m’en direz des nouvelles ! 

Douce Addiction

]]>
https://douce-addiction.fr/pate-sablee-maison/feed/ 0
Vins de la famille Bourgeois, cuisine latina-américaine et ceviche maison chez Isana https://douce-addiction.fr/vins-famille-bourgeois-chez-isana-paris/ https://douce-addiction.fr/vins-famille-bourgeois-chez-isana-paris/#respond Tue, 09 Oct 2018 20:57:59 +0000 https://douce-addiction.fr/?p=717918 Cet été j’ai voyagé en Amérique Latine tout en restant à Paris ! J’ai passé une excellente soirée chez Isana, un restaurant du 9ème arrondissement de Paris totalement dépaysant. D’inspiration latino-américaine, la décoration y est colorée et la cuisine délicieuse. Empanadas, ceviche, tacos,… Saviez-vous que ces mets venus d’ailleurs pouvaient tout à fait se marier avec du vin de chez nous ? C’est ce que nous a prouvé la famille Bourgeois. Installée à Chavignol, cette famille d’amoureux du vin s’attache depuis 10 générations à révéler les grands terroirs de l’appellation. Le vignoble se compose de plusieurs parcelles réparties sur 72 hectares, avec des natures de sol différentes, ce qui permet à la Famille Bourgeois de révéler toutes les nuances de saveurs de Sancerre et de Pouilly-Fumé. La famille de vignerons cultive deux cépages, le Sauvignon blanc et le Pinot Noir, et produit ses vins en viticulture raisonnée. Elle s’est également installée en 2000 à Marlborough, en Nouvelle-Zélande, créant alors un vignoble en agriculture bio.  C’est en présence d’Arnaud Bourgeois que la découverte des cuvées de la famille Bourgeois a commencé. Le premier vin dégusté, le Petit Bourgeois rosé 2017, accompagne à merveille les soirées d’été qui riment souvent avec barbecue et apéro […]

Douce Addiction

]]>
Cet été j’ai voyagé en Amérique Latine tout en restant à Paris ! J’ai passé une excellente soirée chez Isana, un restaurant du 9ème arrondissement de Paris totalement dépaysant. D’inspiration latino-américaine, la décoration y est colorée et la cuisine délicieuse. Empanadas, ceviche, tacos,… Saviez-vous que ces mets venus d’ailleurs pouvaient tout à fait se marier avec du vin de chez nous ? C’est ce que nous a prouvé la famille Bourgeois.

Installée à Chavignol, cette famille d’amoureux du vin s’attache depuis 10 générations à révéler les grands terroirs de l’appellation. Le vignoble se compose de plusieurs parcelles réparties sur 72 hectares, avec des natures de sol différentes, ce qui permet à la Famille Bourgeois de révéler toutes les nuances de saveurs de Sancerre et de Pouilly-Fumé. La famille de vignerons cultive deux cépages, le Sauvignon blanc et le Pinot Noir, et produit ses vins en viticulture raisonnée. Elle s’est également installée en 2000 à Marlborough, en Nouvelle-Zélande, créant alors un vignoble en agriculture bio. 

C’est en présence d’Arnaud Bourgeois que la découverte des cuvées de la famille Bourgeois a commencé. Le premier vin dégusté, le Petit Bourgeois rosé 2017, accompagne à merveille les soirées d’été qui riment souvent avec barbecue et apéro dinatoire. C’est donc tout naturellement que nous l’avons savouré en début de soirée, avec un assortiment d’empenadas, pandebono, guacamole et hummus.

Après avoir goûté tous les empanadas et m’être resservie d’un verre de rosé, place à l’atelier ceviche avec Jean-René Chassignol, chef du restaurant Isana. Si la plupart des convives connaissaient déjà cette spécialité péruvienne, pour ma part je n’en avais encore jamais mangé. Chez Isana, le ceviche est réalisé à la demande, c’était donc l’occasion rêvée d’en découvrir tous les secrets.

Le ceviche se compose principalement de poisson cru mariné et/ou de fruits de mer préalablement cuits. C’est l’acidité du citron qui cuit le poisson et le parfume par la même occasion. Nous avions à notre disposition plusieurs type de poissons, des crevettes, du calamar et du poulpe, à agrémenter ensuite de céleri, patate douce, haricots noirs, oignon pickles, radis, graines de courge, sésame, olives,…

Après avoir chacun composé nos assiettes au gré de notre créativité (je vous montre la mienne juste en dessous), nous sommes passés à table. Le ceviche a été dégusté avec un Sancerre Grande Réserve 2017, un Sauvignon blanc que j’ai trouvé délicieux (le vin blanc est mon vin préféré, celui-ci m’a particulièrement plu). Quant au ceviche, je rejoins l’avis des amateurs, c’était un régal.

Pour la suite du menu, nous avons savouré un Aji de Gallina, qui n’est autre qu’un taco composé de poulet effiloché, sauce lait de coco/piment, asperge, pâte de haricots noirs et sésame grillé. C’était très bon et, comme vous pouvez l’imaginer, nous l’avons accompagné d’un verre de Sancerre, La Bourgeoise 2017, un pinot noir de caractère.

Comme nos ventres étaient déjà bien plein, nous avons opté pour des desserts à partager et c’était une très bonne idée, l’occasion de pouvoir tous les goûters en petite quantité. Ils ont été servis avec un Pouilly-Fumé, La Demoiselle de Bourgois 2015, dont les arômes fruités se sont particulièrement bien mariés avec les desserts. 

Ponctuée de découvertes, je garde un très bon souvenir de cette soirée et des vins de la Famille Bourgeois. Si vous avez l’occasion de passer à Sancerre, ne manquez pas de vous rendre au Domaine Henri Bourgeois pour une dégustation des vins. Personnellement je n’y manquerai pas !

Douce Addiction

]]>
https://douce-addiction.fr/vins-famille-bourgeois-chez-isana-paris/feed/ 0
Comment bien conserver ses fruits et légumes ? https://douce-addiction.fr/comment-bien-conserver-ses-fruits-et-legumes/ https://douce-addiction.fr/comment-bien-conserver-ses-fruits-et-legumes/#comments Thu, 04 Oct 2018 20:36:13 +0000 https://douce-addiction.fr/?p=752841 Après la découverte de ma cuisine, vous avez été nombreux à réagir sur le fait que je conserve la plupart de mes fruits et légumes à température ambiante (dans la desserte Råskog de chez Ikea). J’ai donc décidé de vous écrire cet article pour vous partager le résultat de mes expériences de conservation. Faute d’avoir d’autre choix, nous faisons nos courses le samedi. Nous achetons donc assez de fruits et légumes pour tenir toute la semaine, et cuisinons généralement le dimanche pour prendre de l’avance pour les soirs de semaine (ça s’appelle le « batch cooking », j’en parlais dans mon article 10 astuces pour gagner du temps en cuisine). Cuisiner une partie des légumes dès le lendemain des courses permet d’éviter certaines contraintes de conservation, notamment pour les produits les plus fragiles. J’ai également pris l’habitude d’acheter les fruits et légumes à différents stades de mûrissement. En effet, à température ambiante, certains continuent à mûrir. Par exemple, il n’est pas rare que j’achète des avocats durs comme des pierres qui seront parfaits après 5 jours à température ambiante. A contrario, si j’ai besoin de ralentir leur mûrissement, je les place au réfrigérateur. Globalement je ne mets au réfrigérateur que les fruits et […]

Douce Addiction

]]>

Après la découverte de ma cuisine, vous avez été nombreux à réagir sur le fait que je conserve la plupart de mes fruits et légumes à température ambiante (dans la desserte Råskog de chez Ikea). J’ai donc décidé de vous écrire cet article pour vous partager le résultat de mes expériences de conservation.

Faute d’avoir d’autre choix, nous faisons nos courses le samedi. Nous achetons donc assez de fruits et légumes pour tenir toute la semaine, et cuisinons généralement le dimanche pour prendre de l’avance pour les soirs de semaine (ça s’appelle le « batch cooking », j’en parlais dans mon article 10 astuces pour gagner du temps en cuisine). Cuisiner une partie des légumes dès le lendemain des courses permet d’éviter certaines contraintes de conservation, notamment pour les produits les plus fragiles. J’ai également pris l’habitude d’acheter les fruits et légumes à différents stades de mûrissement. En effet, à température ambiante, certains continuent à mûrir. Par exemple, il n’est pas rare que j’achète des avocats durs comme des pierres qui seront parfaits après 5 jours à température ambiante. A contrario, si j’ai besoin de ralentir leur mûrissement, je les place au réfrigérateur.

Globalement je ne mets au réfrigérateur que les fruits et légumes que je considère comme « fragiles », c’est-à-dire essentiellement les légumes feuilles, champignons, et fruits rouges. Sauf exception (grosses chaleurs, murissement précoce,…), tout le reste va dans la desserte sous mon plan de travail. Pour peu que vous consommiez rapidement vos fruits et légumes, vous pouvez tout à fait suivre les mêmes procédés que moi.

En parlant de mûrissement, les fruits et légumes produisent un gaz, l’éthylène, qui agit sur leur maturation. Certains végétaux sont d’ailleurs connus pour en émettre beaucoup (c’est le cas des bananes et des pommes mais aussi des poires, pêches, tomates, poivrons…), au point qu’on puisse les utiliser pour accélérer le mûrissement d’autres végétaux. Ces fruits et légumes qu’on qualifie de « climactériques » doivent être conservés séparément au risque de causer des dégâts (mûrissement voir pourrissement des fruits et légumes stockés à proximité). Mais encore une fois, si vous consommez vos produits rapidement, vous limitez les risques.

Je conserve systématiquement à température ambiante
(à l’air libre, dans un endroit frais, sec et aéré) :

  • Les oignons, les échalotes et l’ail
  • Les pommes de terre (mais jamais près des oignons, ils cohabitent mal)
  • Les patates douces
  • Les courges (potiron, potimarron, courge spaghetti,…)
  • Les avocats (sauf pour ralentir leur mûrissement)
  • Les tomates (le froid leur enlève toute leur saveur !)
  • Les courgettes
  • Les aubergines
  • Les pommes, poires et bananes (attention, ce sont les fruits qui produisent le plus d’éthylène, il vaut donc mieux les séparer des autres produits si vous ne les consommez pas rapidement)
  • Le melon et la pastèque
  • Les fruits à noyaux : pêches, abricots, nectarines, prunes, mirabelles,…
  • Les agrumes : citrons, oranges, clémentines,…
  • Les fruits exotiques : ananas, mangues, kiwis,…

Je mets toujours dans mon réfrigérateur :

  • Les légumes feuilles (salades, endives, épinards,…)
  • Les champignons 
  • Les asperges
  • Les fruits rouges : fraises, framboises, groseilles, cerises, etc. (en veillant à les sortir 20 min avant de les consommer)

A noter : conservez les produits fragiles dans une feuille d’essuie-tout puis un sac en papier afin d’éviter l’humidité et allonger leur durée de conservation (champignons, légumes feuilles, asperges,…).

Pour le reste des fruits et légumes, c’est en fonction de si je vais les cuisiner rapidement ou non. Par exemple : carottes, poivrons, brocolis, concombre, navets, panais, poireau, haricots, radis, raisin, figues…

Pour aller plus loin…

La conservation sous-vide

Je profite de cet article sur la conservation des fruits et légumes pour vous parler d’une petite révolution arrivée récemment dans ma cuisine : la conservation sous-vide. Cette technique permet de conserver bien plus longtemps les aliments car elle bloque les effets de l’oxygène et des micro-organismes responsables du processus de fermentation et d’oxydation. Et elle fonctionne pour les fruits et légumes mais également pour la viande, le poisson, le fromage, les desserts, les plats cuisinés, les biscuits secs… Autant dire, pour tout !

Pour être tout à fait franche, je ne m’étais jamais arrêtée sur ce procédé parce qu’il s’agit souvent de mise sous vide en sachets plastiques, ce que je ne trouve pas très « éco-friendly » (sur le plan écologique et économique). Mais quand Ingrid m’a proposé de tester une boite sous vide en verre d’1,5l, j’ai été curieuse.

Il se trouve que quelques temps après avoir reçu cette boite, mon plant de basilic a subit une attaque d’insectes qui m’a poussé à le jeter après avoir coupé l’intégralité de ses feuilles, au risque de contaminer mes autres plantes. Comme les feuilles de basilic sont très difficiles à conserver, c’était le test parfait : je les ai lavées, séchées, déposées dans la boite en chassant bien l’air à l’aide de la pompe fournie à cet effet… et je suis partie une semaine en vacances. A mon retour, le basilic n’avait pas bougé, j’étais bluffée.

Depuis j’utilise régulièrement cette boite pour conserver les aliments « sensibles », notamment la salade verte que je garde désormais bien mieux qu’auparavant. J’aime également beaucoup l’utiliser pour conserver des aliments coupés crus, comme les oignons que je peux ainsi intégrer au fur et à mesure à mes plats durant toute la semaine. Petit plus de cette boite, le couvercle est équipé d’un dateur pour indiquer la date de mise sous vide. 

Si jamais la mise sous vide vous intéresse, le code blogdouceaddiction vous permet d’obtenir -5% sur tout le site Airblock.


La congélation

Si vous n’avez pas la possibilité de faire vos courses chaque semaine, et/ou que vous achetez vos fruits et légumes en grandes quantités (promotions), vous pouvez faire le choix de conserver vos fruits et légumes au congélateur. Je vous conseille de toujours les congeler coupés. Attention néanmoins, certains aliments doivent être blanchis avant la congélation comme les aubergines, courgettes et carottes. 

Astuce zéro déchet

Conservez les épluchures de vos fruits et légumes pour en faire de l’engrais pour votre jardin ! 

Pour cela, stockez vos épluchures au fur et à mesure de vos découpes dans un grand sac placé au congélateur. Une fois plein, laissez-le décongeler durant une nuit puis, le lendemain, mixez vos épluchures avec de l’eau. Vous obtiendrez une mixture pleine de bons nutriments à verser aux pieds de vos plantes.

Bon à savoir

  • Placez vos légumes-racines (pommes de terre, carottes, oignons,…) dans du sable légèrement humide pour les conserver plusieurs mois
  • Pour éviter l’apparition de petites moisissures précoces sur les fruits rouges, lavez-les dans du vinaigre dilué dans de l’eau (10cl de vinaigre pour 1l d’eau)
  • Le raisin se conserve davantage dans une boite hermétique 
  • Lorsque vous achetez des légumes racines en bottes (carottes, radis, betterave,…), coupez leurs feuilles qui ont tendance à les déshydrater
  • Le céleri boule se conserve 3 à 4 semaines s’il est nettoyé et enveloppé dans du papier aluminium
  • Conservez les bananes plus longtemps en les laissant accrochées entre elles
  • Ne faites jamais cohabiter les pommes/poires avec les carottes, au risque de leur donner un goût amer
  • Certains légumes peuvent être conservés davantage dans un verre d’eau (et même se régénérer), comme les oignons cébette, les endives, …

J’espère que cet article vous aura plu et que vous y aurez découvert quelques astuces. N’hésitez pas à partager les vôtres en commentaires :) 

Douce Addiction

]]>
https://douce-addiction.fr/comment-bien-conserver-ses-fruits-et-legumes/feed/ 2
Sauce tomate maison : facile et délicieuse https://douce-addiction.fr/sauce-tomate-maison-facile-et-delicieuse/ https://douce-addiction.fr/sauce-tomate-maison-facile-et-delicieuse/#respond Fri, 28 Sep 2018 19:17:43 +0000 https://douce-addiction.fr/?p=740971 Cet été j’ai fait ma toute première sauce tomate maison. Et la seule chose que je regrette, c’est de ne pas m’être lancée avant ! C'est si simple à réaliser que j'en ai fait un stock, les conserves peuvent se conserver pendant un an. Ça vous tente ?

Douce Addiction

]]>

Cet été j’ai fait ma toute première sauce tomate maison. Et la seule chose que je regrette, c’est de ne pas m’être lancée avant ! Premièrement parce que ça n’a rien à voir avec les sauces du commerce, même si j’ai pour habitude d’acheter du coulis nature et de l’assaisonner à ma guise (avec des oignons, des herbes,…). Et ensuite, parce que ça n’a finalement rien de compliqué.

J’avais toujours entendu dire qu’il fallait émonder les tomates (les débarrasser de leur peau) avant de les faire mijoter, puis passer le tout à la moulinette pour obtenir une sauce lisse et sans pépins. Pour ma part, il n’en est rien. J’ai réalisé ma toute première sauce sur un coup de tête et totalement au feeling, et le résultat a été plus que convaincant. Après 6 litres de sauce tomate maison en 2 jours, je peux vous assurer que la recette que je vous présente est non seulement délicieuse mais également très facile à faire.

Il existe une multitude de recettes de sauce, avec chacune ses conseils et tours de main. Pour ma part, j’ai choisi de faire une sauce tomate maison la plus simple possible parce que j’aime pouvoir l’agrémenter au moment venu, selon l’utilisation que j’en fais. En fonction de l’inspiration, j’y ajoute des légumes, des épices, de la viande et même du fromage (le mélange sauce tomate, mascarpone et parmesan est à essayer si vous ne connaissez pas !). Bien souvent j’aime faire légèrement caraméliser des oignons dans une casserole avant d’y verser la sauce tomate et d’y ajouter des petits pois surgelés. Tout ça pour vous dire qu’une fois votre recette de sauce tomate « de base » mise en bocal, vous pourrez la décliner autant que vous le souhaitez lors de la confection de votre repas. J’ai hâte de faire mes lasagnes végétariennes avec ! 

Je profite de cet article pour vous livrer une petite astuce que vous pourrez utiliser pour votre sauce tomate maison mais également beaucoup d’autres recettes qui mijotent : le sachet d’herbes aromatiques. Je suis de ceux qui n’apprécient pas d’avoir de petits morceaux durs d’herbes aromatiques dans leur assiette. Or, elles ont tendance à se déliter quand elles sont placées directement dans le plat qui bloblote. Pour contrer ce désagrément tout en profitant malgré tout des saveurs inégalées des herbes, je les place dans un filtre à thé que je laisse ensuite infusé dans la cocotte le temps de la cuisson. Ainsi le plat est parfumé sans contraintes. Il n’y a que pour les feuilles de laurier que je n’utilise pas cette méthode, car elles sont faciles à retirer. Vous verrez, c’est très pratique !

Pour 1L de sauce tomate maison

Print Recipe

Ingredients

  • 2 à 3 kilos de tomates (j’ai pris de grosses tomates grappes)
  • Huile d’olive
  • 3 à 2 feuilles de laurier
  • Les herbes aromatiques de votre choix (thym, romarin, origan, basilic,...)
  • Noix de muscade
  • Sel & poivre
  • En option : 1 c. à s. de miel
  • En option : du piment d’Espelette
  • Ustensiles :
  • Un sachet filtre à thé
  • Des bocaux qui ferment hermétiquement

Instructions

1

Lavez puis coupez les tomates de la même façon que pour faire une salade de tomates. Personnellement je conserve les pépins, mais faites comme à votre habitude.

2

Déposez les tomates coupées dans une cocotte en fonte avec un filet d’huile d’olive, 2 à 3 feuilles de laurier et un peu de sel. Pour que les herbes aromatiques (thym, romarin, origan,...) parfument la sauce sans s'y déliter, placez-les dans un sachet de filtre à thé, fermez-le bien et plongez-le dans les tomates. Commencez la cuisson à feu relativement vif (niveau 7/10 sur ma plaque de cuisson) en mélangeant régulièrement, puis une fois que les tomates commencent à cuire, laissez mijoter à température moyenne.

3

La durée de cuisson dépend de l’eau contenue naturellement dans les tomates. Pour que votre sauce soit goûteuse, il faut que le maximum d’eau soit évaporé. Comptez au minimum 1h de cuisson pour les plus impatients. Pour les autres, prolongez la cuisson de façon à obtenir une sauce bien confite et concentrée en saveurs.

4

A la fin de la cuisson, goûtez votre sauce. Si vous la trouvez un peu acide, ajoutez une c. à s. de miel. Enlevez le sachet d’herbes aromatiques et les feuilles de laurier, salez, poivrez, ajoutez quelques tours de noix de muscade et éventuellement un peu de piment d’Espelette et/ou de basilic frais. Une fois les assaisonnements terminés, passez rapidement votre sauce au blender et mettez-la en bocaux (stérilisez-les pour les conserver à température ambiante, sinon congelez-les).

Notes

Pour stériliser vos bocaux (pleins et hermétiquement fermés), plongez-les pendant 1h dans une grosse marmite remplie d'eau bouillante. Stockez-les ensuite dans un endroit sec, ils se conserveront pendant 1 an.

Douce Addiction : https://douce-addiction.fr

Douce Addiction

]]>
https://douce-addiction.fr/sauce-tomate-maison-facile-et-delicieuse/feed/ 0
Tartines avocat, mirabelles et vinaigre de Kalamansi https://douce-addiction.fr/tartines-avocat-mirabelles-vinaigre-de-kalamansi/ https://douce-addiction.fr/tartines-avocat-mirabelles-vinaigre-de-kalamansi/#respond Mon, 17 Sep 2018 20:22:42 +0000 https://douce-addiction.fr/?p=719590 Hyper faciles à réaliser, ces tartines avocat, mirabelles et vinaigre de Kalamansi nous ont régalés ! Le vinaigre apporte une touche de pep's à la tartine, l'avocat et le fromage frais de la rondeur et la mirabelle une touche fraîche et sucrée. Un délice !

Douce Addiction

]]>

La saison des mirabelles est bien trop courte pour ne pas qu’on en profite. A peine arrivées sur les étales, qu’elles étaient déjà sur mon plan de travail. Et à chaque fois que je passe devant… Autant vous dire qu’elles n’ont pas le temps de finir en confiture. Et puis l’autre jour, j’ai remis la main sur un flacon de vinaigre de citron Kalamansi* que Libeluile m’avait envoyé avant les vacances, un citron originaire des Philippines, aux notes de pamplemousse et de mandarine. Je l’ai ouvert, goûté, approuvé, puis en me demandant ce que je pourrais bien en faire, j’ai attrapé machinalement une mirabelle, moi qui aime grignoter en réfléchissant. Il n’en fallait pas plus pour que la petite ampoule s’allume au-dessus de ma tête, et que je réalise de délicieuses tartines avocat, mirabelles et vinaigre de Kalamansi pour le déjeuner.

Tartines avocat, mirabelles et vinaigre de Kalamansi

Print Recipe

Ingredients

  • 4 belles tranches de pain (ici aux céréales)
  • Un ou deux avocats (selon leur taille)
  • Quelques mirabelles
  • Du fromage frais (type St Morêt)
  • Du vinaigre de Kalamansi
  • Quelques pincées de sésame noir

Instructions

1

Coupez les mirabelles en deux pour enlever le noyau. Déposez-les dans un petit saladier, ajoutez 1 c. à s. de vinaigre de Kalamansi et mélangez brièvement.

2

Epluchez l’avocat, coupez-le en deux pour enlever le noyau, puis faites de belles tranches.

3

Tartinez les tranches de pain de fromage frais. Dressez joliment dessus les tranches d’avocat et les demi-mirabelles. Ajoutez quelques gouttes de vinaigre à l’aide d’une pipette, et un peu de sésame noir. A table !

Douce Addiction : https://douce-addiction.fr

Hyper faciles à réaliser, ces tartines nous ont régalés ! Le vinaigre de Kalamansi apporte une touche de pep’s à la tartine de part son acidité et ses notes très parfumées. L’avocat et le fromage frais offrent de la rondeur et la mirabelle une touche fraîche et sucrée à l’ensemble. Un délice !

Si vous aimez les assaisonnements originaux, je vous invite à découvrir les produits Libeluile. Cette entreprise familiale située dans l’Ain travaille depuis 2004 à l’élaboration d’huiles vierges et de vinaigres à la pulpe de fruits. Elle contrôle la provenance de ses matières premières ainsi que toute la chaîne de production, ce qui assure un produit final de qualité et plein de saveurs. J’ai par exemple beaucoup aimé l’huile d’olive au basilic, très parfumée et idéale pour l’été (avec la fameuse tomate-mozza !) ainsi que le vinaigre de tomates qui a assaisonné bon nombre de mes salades. Moi qui habituellement privilégie le traditionnel vinaigre balsamique, la découverte du vinaigre de fruits m’a donnée envie de changement. D’ailleurs je ne sais pas si j’aurai choisi de moi-même le vinaigre de Kalamansi, n’étant pas forcément très portée agrumes, mais je le trouve délicieux. Et comme la gamme Libeluile est très complète (découvrez-la en cliquant ici), je craquerai certainement pour d’autres produits comme le vinaigre de pêche de vigne, le poire et vanille, ou encore la version ananas et menthe. Affaire à suivre ! Vous connaissez Libeluile ? Quel type d’assaisonnement avez-vous l’habitude d’utiliser ?

*Produit offert

Douce Addiction

]]>
https://douce-addiction.fr/tartines-avocat-mirabelles-vinaigre-de-kalamansi/feed/ 0
Cake poire, miel & amandes aux notes de romarin https://douce-addiction.fr/cake-poire-miel-amandes-romarin/ https://douce-addiction.fr/cake-poire-miel-amandes-romarin/#respond Tue, 11 Sep 2018 19:45:08 +0000 https://douce-addiction.fr/?p=705711 Optez pour ce cake poire, miel & amandes pour vos goûters. Il se décline de la fin de l'été à l'hiver selon vos envies, pourvu qu'il soit toujours réalisé avec de bonnes matières premières, comme du miel de qualité. Ici on ne s'en lasse pas !

Douce Addiction

]]>
Pour la thèse de Robin en Novembre dernier, j’ai dû réaliser une dizaine de gâteaux différents afin de nourrir la 50aine de convives présents pour l’occasion. Je m’y suis prise plusieurs semaines à l’avance et j’ai fait de nombreux tests, notamment pour certaines recettes que j’avais improvisées selon l’inspiration. Parmi elles, il y avait un cake poire, miel & amandes qui a eu beaucoup de succès le jour-J mais qui selon moi demandait encore quelques améliorations. Et puis l’hiver est passé, et je n’ai pas retouché à cette recette…

Mais quand j’ai vu ces jolies poires Williams, les premières de la saison, je n’ai pas résisté. Elles étaient belles et j’étais encore en vacances, l’occasion rêvée pour prendre le temps de finaliser ma recette de cake. En plus j’avais du bon miel dans mes placards, du miel Martine.

Faites vraiment attention à l’origine du miel que vous achetez, la plupart du temps il s’agit de mélanges de différentes provenances, parfois même hors Union Européenne (donc avec des normes différentes). En achetant du miel français, vous soutenez les apiculteurs de nos régions et la préservation des abeilles. Mais vous verrez que ce n’est pas si facile de s’y retrouver dans les rayons de nos supermarchés, et que bon nombre d’étiquettes sont trompeuses (par exemple, sur le devant du pot, la promesse d’un miel sélectionné par un apiculteur local et à l’arrière, une origine hors Union Européenne…). C’est notamment pour cette raison que le miel Martine m’a séduite, c’est la première marque de miel dont il est possible de suivre toute la traçabilité : lieu et date de récolte, kilos récoltés, lieu de l’extraction et de la mise en pots… Un lien figure sur chaque pot de miel pour accéder à toutes ses informations. En l’occurrence, les ruches du miel Martine sont mobiles : « nos apiculteurs font voyager les abeilles du Château la Martinette à travers toute la France et au nord de l’Italie. C’est ce qu’on appelle la transhumance. Au rythme des saisons et des floraisons, les ruches sont déplacées de région en région pour permettre aux butineuses d’aller chercher les meilleurs nectars ». Une fois de retour à la miellerie du Château La Martinette, en Provence, le miel est extrait à froid et mis en pot.

J’ai choisi le miel de romarin* pour cette recette, un miel doux de printemps pour souligner les autres aromes du cake sans en prendre le dessus. Pour y faire référence, j’ai ajouté une branche de romarin frais (du jardin) lorsque j’ai fait revenir mes poires à la poêle, de façon à légèrement les parfumer. L’ensemble est très délicat, vous verrez.

Cake poire, miel & amandes

Print Recipe

Ingredients

  • 6 à 8 poires Williams
  • 4 oeufs
  • 60 g de sucre roux
  • 50 ml d'huile neutre (ici de colza)
  • 1 + 2 c. à s. de miel de romarin Martine
  • 2 c. à s. de purée d'amandes
  • 90 g de poudre d'amandes
  • 2 poignées d'amandes effilées
  • 110 g de farine
  • 1 sachet de levure
  • 1 branche de romarin frais

Instructions

1

Epluchez les poires puis taillez-les en dés. Déposez-les dans une poêle avec 1 c. à s. de miel et une branche de romarin frais. Laissez mijoter au moins 10 minutes à feu moyen : il faut que les poires rendent du jus mais ne soient pas réduites en compote. Egouttez les morceaux de poire en conservant le jus à part et laissez refroidir.

2

Préchauffez votre four à 170°C.

3

Dans un saladier, mélangez les oeufs et le sucre puis ajoutez 2 c. à s. de purée d'amandes. Versez ensuite l'huile, 2 c. à s. de miel et la poudre amandes. Ajoutez au mélange 50 g de jus de cuisson des poires (vous pouvez utiliser le reste pour imbiber légèrement votre cake après cuisson, à l'aide d'un pinceau), puis la farine en remuant au fur et à mesure. Terminez par le sachet de levure.

4

Incorporez délicatement les poires à la pâte, puis versez le tout dans un moule à cake préalablement beurré et fariné. Recouvrez d'amandes effilées et enfournez pour 40 min de cuisson.

Notes

Pour renforcer le goût d'amandes, ajoutez un peu d'amande amère à votre préparation.

Douce Addiction : https://douce-addiction.fr

Dès la fin de l’été et jusqu’à cet hiver, ce cake poire, miel & amandes peut s’inviter à tous vos goûters. Pour varier on peut le décliner avec de la poudre de noisettes, d’autres miels ou même d’autres fruits. Ici il a toujours beaucoup de succès, on ne s’en lasse pas ! N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous l’essayez :) 

*Produit offert

Douce Addiction

]]>
https://douce-addiction.fr/cake-poire-miel-amandes-romarin/feed/ 0
Dessert tomate-fraise du Chef Thomas SCHOOS https://douce-addiction.fr/dessert-tomate-fraise-chef-thomas-schoos/ https://douce-addiction.fr/dessert-tomate-fraise-chef-thomas-schoos/#respond Sun, 09 Sep 2018 21:15:49 +0000 https://douce-addiction.fr/?p=699060 Fin juillet je vous dévoilais ma visite des serres de tomates bretonnes, dont je garde un excellent souvenir. Depuis, je ne vois plus les tomates de la même façon ! Mais je n’ai pas terminé de vous raconter cette journée, qui s’est poursuivie par un savoureux déjeuner à la table du Chef Thomas SCHOOS, à la Closerie des Hortensias. Vous devinez qui était la star du menu ? ;) La tomate bien sûr ! Nous l’avons dégustée sous toutes ses formes, en commençant par siroter un gaspacho de tomates et guimauve tomates, puis du concombre confit et eau de concombre avec tomate séchée. Après cette mise en bouche, nous avons poursuivi les festivités par le menu suivant : EntréeTartare de concombre en eau de tomates, sabayon au basilic, maquereau brûlé, zestes de citron vertPlatThon poché à l’huile de tomate, raviole de tomate à la fleur de soucis, concombre en saumure grillé, petits légumes, ketchup de tomate verteDessertFine gelée de tomates, crème de mascarpone à l’amande douce, fraises, glace à la vanille de MadagascarMignardisesPâtes de fruits à la tomateSucettes de tomate cerise caramélisée Tout le menu était délicieux, nous nous sommes régalés ! Nous avons ensuite fait la connaissance du Chef Thomas SCHOOS en nous rendant directement […]

Douce Addiction

]]>
Fin juillet je vous dévoilais ma visite des serres de tomates bretonnes, dont je garde un excellent souvenir. Depuis, je ne vois plus les tomates de la même façon ! Mais je n’ai pas terminé de vous raconter cette journée, qui s’est poursuivie par un savoureux déjeuner à la table du Chef Thomas SCHOOS, à la Closerie des Hortensias. Vous devinez qui était la star du menu ? ;)

La tomate bien sûr ! Nous l’avons dégustée sous toutes ses formes, en commençant par siroter un gaspacho de tomates et guimauve tomates, puis du concombre confit et eau de concombre avec tomate séchée. Après cette mise en bouche, nous avons poursuivi les festivités par le menu suivant :

Entrée
Tartare de concombre en eau de tomates, sabayon au basilic, maquereau brûlé, zestes de citron vert

Plat
Thon poché à l’huile de tomate, raviole de tomate à la fleur de soucis, concombre en saumure grillé, petits légumes, ketchup de tomate verte

Dessert
Fine gelée de tomates, crème de mascarpone à l’amande douce, fraises, glace à la vanille de Madagascar

Mignardises
Pâtes de fruits à la tomate
Sucettes de tomate cerise caramélisée

Tout le menu était délicieux, nous nous sommes régalés ! 

Nous avons ensuite fait la connaissance du Chef Thomas SCHOOS en nous rendant directement dans ses cuisines pour suivre un cours particulier, la réalisation d’un dessert tomate-fraise : tartare de fraises en eau de tomate sucrée, meringue italienne et sorbet fraises-tomates. Et comme tout ce qui est bon est encore meilleur partagé, je vous glisse la recette un peu plus bas !

Tartare de fraises en eau de tomate sucrée, meringue italienne et sorbet fraise-tomate

Print Recipe

Ingredients

  • Pour le sorbet fraise (à faire la veille) :
  • 150 g de fraises
  • 100 g d'eau
  • 2 c. à s. de sucre
  • Pour le sorbet tomate (à faire la veille) :
  • 350 g de tomates
  • 100 g d'eau
  • 50 g de sucre
  • Pour le tartare de fraises :
  • 1 barquette de fraises
  • Pour l'eau de tomate sucrée :
  • 600 g de tomates, variété grappe mûre et juteuse
  • Pour la meringue à l'italienne :
  • 50 g de blancs d'oeuf
  • 120 g de sucre
  • Eau

Instructions

1

Pour le sorbet fraise (à faire la veille) :

2

Faites monter l'eau en température, puis ajoutez le sucre. Portez à ébullition et ajoutez les fraises.

3

Mixez pendant 1 minute à l'aide d'un mixeur plongeant.

4

Versez la préparation dans un contenant et laissez reposer 1 nuit au congélateur.

5

Pour le sorbet tomate (à faire la veille) :

6

Suivre le même procédé que pour le sorbet fraise ci-dessus.

7

Pour le tartare de fraises :

8

Rincez les fraises et séchez-les avant de les ciseler finement en tartare.

9

Pour l'eau de tomate sucrée :

10

Découpez les tomates en quartiers et déposez-les dans un saladier.

11

Récupérez la pulpe (l'eau et les pépins) et utilisez la chair pour une salade.

12

Filtrez la pulpe en appuyant bien pour qu'un maximum de liquide ressorte.

13

Mélangez l'eau de tomate obtenue aux fraises ciselées.

14

Pour la meringue à l'italienne :

15

Faites chauffer l'eau à hauteur dans une casserole puis faites-y fondre le sucre. Laissez cuire jusqu'à ce que le sirop s'épaississe, puis retirez la casserole du feu pour la déposer dans de l'eau bien froide afin de stopper la cuisson.

16

Montez les blancs en neige. Lorsqu'ils sont fermes, et tout en continuant à battre, versez petit à petit le sirop de sucre en mince filet le long de la paroi du saladier. Vous devez obtenir une belle couleur nacrée. Fouettez jusqu'à refroidissement.

17

18

Dans une assiette, déposez le tartare de fraises en eau de tomates sucrées.

19

Dressez joliment la meringue italienne et faites-la légèrement dorer à l'aide d'un chalumeau.

20

Disposez une quenelle de chaque sorbet à l'aide de 2 c. à s.

21

Ajoutez quelques fraises fraîches coupées en deux, et éventuellement quelques pistaches concassées.

Douce Addiction : https://douce-addiction.fr

Douce Addiction

]]>
https://douce-addiction.fr/dessert-tomate-fraise-chef-thomas-schoos/feed/ 0
Mojito fraise-basilic https://douce-addiction.fr/mojito-fraise-basilic/ https://douce-addiction.fr/mojito-fraise-basilic/#respond Thu, 30 Aug 2018 22:15:53 +0000 https://douce-addiction.fr/?p=683041 Avec l’Amoureux on a la chance d’avoir quelques plants de fraises dans notre jardin, et chaque année j’attends avec impatience l’arrivée des premiers fruits. En fonction des variétés, la saison des fraises s’étend d’avril à octobre, de quoi en profiter même après la rentrée. Ici il nous reste encore quelques jours de vacances dont on compte bien profiter, et pourquoi pas en sirotant quelques cocktails ? Si vous me suivez sur Instagram, vous savez certainement qu’il y a quelques semaines la marque Unaju m’a envoyée quelques-uns de ses jus pétillants. Ils sont bios et mêlent systématiquement un fruit et une plante, ce qui m’a particulièrement attirée. J’avais beaucoup aimé le mélange abricot-thym, et en découvrant la version fraise-basilic j’ai tout de suite eu envie de l’utiliser pour réaliser un mojito. Et vous savez quoi ? C’était délicieux ! J’ai adoré ce mojito fraise-basilic ! Ca change de la version traditionnelle et les fraises apportent un petit côté très gourmand au cocktail. On le refera sans hésiter ! Vous faites souvent des cocktails maison ? Quels sont vos préférés ?

Douce Addiction

]]>
mojito fraise-basilic

Avec l’Amoureux on a la chance d’avoir quelques plants de fraises dans notre jardin, et chaque année j’attends avec impatience l’arrivée des premiers fruits. En fonction des variétés, la saison des fraises s’étend d’avril à octobre, de quoi en profiter même après la rentrée. Ici il nous reste encore quelques jours de vacances dont on compte bien profiter, et pourquoi pas en sirotant quelques cocktails ?

Si vous me suivez sur Instagram, vous savez certainement qu’il y a quelques semaines la marque Unaju m’a envoyée quelques-uns de ses jus pétillants. Ils sont bios et mêlent systématiquement un fruit et une plante, ce qui m’a particulièrement attirée. J’avais beaucoup aimé le mélange abricot-thym, et en découvrant la version fraise-basilic j’ai tout de suite eu envie de l’utiliser pour réaliser un mojito. Et vous savez quoi ? C’était délicieux !

mojito fraise-basilic

mojito fraise-basilic

Pour 1 verre de mojito fraise-basilic

Print Recipe

Ingredients

  • 2 à 3 fraises
  • 1 c. à s. de sucre en poudre
  • 2 cl de rhum blanc
  • 1 bouteille de jus pétillant fraise basilic Unaju (ou à défaut, de la limonade)
  • Quelques feuilles de basilic frais

Instructions

1

Coupez les fraises en fines tranches et déposez-les au fond d'un verre. Ajoutez une c. à s. de sucre en poudre, mélangez, et réservez pendant au moins 30 min.

2

Une fois que les fraises ont rendu du jus, ajoutez quelques feuilles de basilic, le rhum, puis recouvrez de jus pétillant fraise basilic. Mélangez brièvement, trinquez et dégustez !

Notes

Vous pouvez réaliser ce mojito sans alcool, ou ajouter plus de rhum selon vos envies.

Douce Addiction : https://douce-addiction.fr

J’ai adoré ce mojito fraise-basilic ! Ca change de la version traditionnelle et les fraises apportent un petit côté très gourmand au cocktail. On le refera sans hésiter !

Vous faites souvent des cocktails maison ? Quels sont vos préférés ?

mojito fraise-basilic

Douce Addiction

]]>
https://douce-addiction.fr/mojito-fraise-basilic/feed/ 0
Marinade estivale pour grillades : citron, orange et herbes aromatiques https://douce-addiction.fr/marinade-estivale-pour-grillades/ https://douce-addiction.fr/marinade-estivale-pour-grillades/#respond Tue, 14 Aug 2018 21:28:06 +0000 https://douce-addiction.fr/?p=652696 Très parfumée, cette marinade estivale va devenir un incontournable de vos grillades. Faites-y mariner du poulet ou du porc et conservez-la pour déglacer votre plancha après cuisson, vous obtiendrez un délicieux jus. Bon appétit !

Douce Addiction

]]>
Le week-end dernier on a reçu du monde à la maison, l’occasion de faire une petite plancha. Pour changer des traditionnelles brochettes, j’ai eu envie de faire du poulet mariné. Ma maman fait une marinade estivale à base d’agrumes qui fonctionne très bien avec les viandes blanches, et j’avais tout ce qu’il me fallait sous la main pour la reproduire. Bien souvent les recettes de marinade s’improvisent, il suffit de mélanger un corps gras (habituellement de l’huile) et un corps acide (jus de citron, vinaigre, vin,…) puis d’y ajouter des épices et/ou herbes aromatiques pour obtenir quelque chose de savoureux. J’ai donc réalisé cette recette au feeling, sans même penser la publier sur le blog, mais c’était si joli que je n’ai pas résisté à faire une petite photo. Et comme à la dégustation nous nous sommes régalés, voici la recette pour vos prochaines grillades.

marinade estivale

Marinade pour grillades : citron, orange et herbes aromatiques

Print Recipe

Ingredients

  • 8 filets de poulet
  • 2 citrons
  • 1 orange
  • 8 c. à s. d'huile d'olive
  • Herbes aromatiques (ici herbes de Provence, thym et romarin)
  • Mélange 5 baies
  • Sel

Instructions

1

Zestez un citron, réservez, puis pressez l'ensemble des agrumes. Conservez les écorces et coupez-les en morceaux. Filtrez le jus pour récupérer les éventuels pépins, puis mélangez-le avec l'huile d'olive. Ajoutez les zestes de citron puis assaisonnez de 3 grosses pincées d'herbes de Provence (frottez-les entre vos doigts pour en libérer le maximum d'arômes) et de quelques tours de moulin de mélange 5 baies. Salez puis mélangez bien. La marinade est prête !

2

Tranchez vos filets de poulet en deux dans l'épaisseur (ou demandez à votre boucher de le faire).

3

Au fond d'un plat, versez un peu de marinade puis disposez vos filets de poulet. Entre chaque couche de viande, ajoutez quelques morceaux d'écorce d'agrume et des brins d'herbes aromatiques fraiches. Recouvrez de marinade puis réservez au réfrigérateur au moins 6 heures.

Notes

Avant la cuisson à la plancha (ou à la poêle), ôtez les morceaux d'écorces ainsi que le thym et le romarin frais. Egouttez rapidement vos filets de poulet, faites les cuire à la plancha et déglacez avec le restant de marinade afin d'obtenir une sauce savoureuse. Bon appétit !

Douce Addiction : https://douce-addiction.fr

Si vous utilisez des herbes aromatiques séchées, je vous invite vivement à choisir des herbes Label Rouge, une garantie de qualité et d’origine française. Ici j’ai utilisé le mélange d’herbes de Provence Label Rouge de chez Ducros, qui m’a été offert par la marque, et j’en suis très contente. Pour info, il est rarement indiqué la provenance des herbes qu’on nous vend, et l’appellation « herbes de Provence » n’est pas une appellation d’origine, ce qui veut dire qu’on peut tout à fait commercialiser des « herbes de Provence » venant de l’autre bout du monde ! Alors privilégiez le Label Rouge si vous n’avez pas la chance de pouvoir cultiver vos propres aromates.

J’espère que cette recette de marinade estivale vous aura inspiré. Elle parfume à merveille la viande et apporte beaucoup de fraîcheur aux grillades. Nous l’avons servie avec un salad bar, comme bien souvent lorsque nous recevons, et tout le monde s’est régalé ! Alors à votre tour ;)

marinade estivale

Douce Addiction

]]>
https://douce-addiction.fr/marinade-estivale-pour-grillades/feed/ 0
Visite d’une serre de tomates en Bretagne https://douce-addiction.fr/visite-dune-serre-de-tomates-en-bretagne/ https://douce-addiction.fr/visite-dune-serre-de-tomates-en-bretagne/#comments Wed, 25 Jul 2018 20:13:40 +0000 https://douce-addiction.fr/?p=621548 La tomate est emblématique de l’été. Dès que les beaux jours arrivent, on en met dans nos assiettes et d’ailleurs, les français en consomment en moyenne 15 kg par an (+ 18.4 kg sous forme transformée). Mais comment sont-elles produites ? Atmosphère tropicale, plants de tomates à perte de vue… Bienvenue dans les serres de tomates de Frédéric Diot, à quelques kilomètres de Rennes. Vous ne le savez peut-être pas, mais la Bretagne produit près de 90% des tomates et concombres de France. Frédéric a eu la gentillesse de nous ouvrir les portes de ses serres afin de nous dévoiler son lieu de travail et ses méthodes de production. Il est producteur de tomates et adhérent de la coopérative Solarenn, qui regroupe 1000 producteurs et commercialise 368 000 tonnes de tomates chaque année. Avant que l’AOP nationale « Tomates et concombres de France » et Mélissa de l’agence Gulfstream ne m’y invitent, je n’avais jamais visité de serres. Lorsque j’ai parlé de cette journée découverte à mon entourage, certains ont soulevé le fait que cette agriculture soit « moins naturelle », « plus industrialisée » que la culture en terre. Des a priori qui se sont avérés totalement infondés. Serre, culture hors sol, variétés hybrides,… Frédéric Diot a […]

Douce Addiction

]]>
La tomate est emblématique de l’été. Dès que les beaux jours arrivent, on en met dans nos assiettes et d’ailleurs, les français en consomment en moyenne 15 kg par an (+ 18.4 kg sous forme transformée). Mais comment sont-elles produites ?

Atmosphère tropicale, plants de tomates à perte de vue… Bienvenue dans les serres de tomates de Frédéric Diot, à quelques kilomètres de Rennes. Vous ne le savez peut-être pas, mais la Bretagne produit près de 90% des tomates et concombres de France. Frédéric a eu la gentillesse de nous ouvrir les portes de ses serres afin de nous dévoiler son lieu de travail et ses méthodes de production. Il est producteur de tomates et adhérent de la coopérative Solarenn, qui regroupe 1000 producteurs et commercialise 368 000 tonnes de tomates chaque année.

Avant que l’AOP nationale « Tomates et concombres de France » et Mélissa de l’agence Gulfstream ne m’y invitent, je n’avais jamais visité de serres. Lorsque j’ai parlé de cette journée découverte à mon entourage, certains ont soulevé le fait que cette agriculture soit « moins naturelle », « plus industrialisée » que la culture en terre. Des a priori qui se sont avérés totalement infondés.

Serre, culture hors sol, variétés hybrides,… Frédéric Diot a tout passé en revue. Grâce à lui, j’ai pu me rendre compte que la culture sous serre se base sur une agriculture raisonnée. Tout d’abord, la serre permet de protéger les cultures des intempéries et d’une partie des nuisibles. La culture hors sol, où les tomates se développent dans du substrat comme la fibre de coco, offre un arrosage goutte à goutte, directement au niveau des racines. Cette irrigation a circuit fermé permet de ne pas perdre d’eau, ni de nutriments.

Ensuite, et j’étais loin de l’imaginer, il est également question de reproduire un éco-système naturel sous la serre. L’introduction de certains insectes (comme les bourdons pour la pollinisation) permet de lutter contre les nuisibles (pucerons, mouches blanches,…) et de réduire ainsi l’apparition de certaines maladies. Frédéric nous a d’ailleurs expliqué qu’il n’utilise pas de pesticides ou produits phytosanitaires pour cultiver ses tomates, son dernier traitement se composait uniquement d’eau et de savon noir. Je fais la même chose dans mon jardin pour éliminer certains parasites qui s’attaquent aux feuilles, c’est très efficace et naturel.

Toujours dans l’optique d’éviter les traitements chimiques, Frédéric achète des plants de tomates hybrides. Contrairement aux OMG, le croisement hybride se fait naturellement à partir des fleurs et des pollens. L’idée est d’obtenir de délicieuses tomates, qui soient aussi moins sujettes aux maladies. Chaque année, avant la mise en place de nouveaux plants de tomates en semaine 51, la serre est totalement vidée et nettoyée durant 3 à 4 semaines. Tous les déchets végétaux sont alors compostés.

Contrairement à ce que pensent certains, culture sous serre ne rime pas avec industrialisation. Chaque opération est réalisée à la main, et je peux vous assurer que c’est un sacré travail : il faut effeuiller toutes les semaines afin que les premiers bouquets de tomates puissent bien mûrir, placer une « béquille » pour maintenir les tomates qui grossissent et deviennent lourdes, veiller à ce que chaque plant se porte bien, récolter,… La serre est immense, très haute car un pied de tomates peut mesurer jusqu’à 13 mètres, et l’été il y fait très chaud et humide. La tomate aime le soleil, et absorbe puis rejette naturellement l’eau pour réguler la température de la serre. Néanmoins, tout est relatif car lorsque nous y étions fin juin, nous avions l’impression d’être dans un sauna !

Finalement la culture de tomates sous serre pourrait presque obtenir le label bio, le seul obstacle étant qu’il s’agit d’une culture hors sol. Les producteurs adhérents à l’AOP nationale doivent respecter une charte, et je trouve dommage que le consommateur n’en ait pas d’avantage connaissance. J’avais bien remarqué sur certains emballages la mention « sans pesticides » mais je me disais bêtement qu’il s’agissait d’un argument marketing. Maintenant que j’ai connaissance des méthodes de production des tomates de l’AOP « Tomates de France », je les achète les yeux fermés ! D’ailleurs, j’en profite pour vous rappeler que les tomates ne se conservent pas au réfrigérateur : sous 12 degrés elles perdent leurs qualités organoleptiques !

Vous saviez déjà tout ça sur les tomates ? Quelles sont vos variétés préférées ?

Douce Addiction

]]>
https://douce-addiction.fr/visite-dune-serre-de-tomates-en-bretagne/feed/ 2