Top
ADRESSES GOURMANDES

Le Camion qui Fume

Du 8 au 12 Novembre, le Salon de la Photo avait lieu à Paris. J’ai pris l’habitude d’y aller depuis 6 ans, même si je dois bien vous avouer que la première fois où je m’y suis rendue est sûrement le meilleur souvenir que j’en ai. Bref, cette année encore j’y ai pointé le bout de mon nez objectif mais cette fois avec une bonne raison : une de mes photos y était exposée ! Je sais qu’ici on parle surtout de cuisine mais il m’arrive de faire d’autres types de photo et là, en l’occurrence, le thème du concours qui m’a permis d’être exposée était “Photographe je suis”, soit un autoportrait.

Tout ça pour dire que j’ai profité d’être sur Paris pour aller découvrir le dernier phénomène dont tout le monde parle, celui qui a provoqué une petite révolution dans le monde de la restauration rapide, qui donne des idées à d’autres et qui n’a sûrement pas finit de nous surprendre, je veux bien sûr parler… du Camion qui Fume !

Camion qui fume 01

Si jamais vous étiez passés au travers de l’info, le Camion qui Fume est ce qu’on appelle aux Etats-Unis un Food Truck, soit un camion servant de la nourriture. Alors oui, vous allez me dire que ce principe existe aussi en France, qu’on a les camions à pizzas, à glaces et j’en passe… Ce à quoi je vais vous répondre “Oui, mais là, on y cuisine le meilleur hamburger de Paris !”.

Camion qui fume 02 Camion qui fume 03

A la tête de ce projet, Kristin Frederick, une américaine venue étudier la cuisine en France. En 2009 elle décide d’abandonner ses études dans la finance pour intégrer l’école Ferrandi. Elle décroche son diplôme, intègre les brigades de deux restaurants aux Etats-Unis puis revient à Paris retrouver son mari (rencontré en France !). Souhaitant aborder la cuisine sous un autre angle, elle accepte un poste de chef dans un petit restaurant mexicain où elle s’occupe de la carte, des stocks, des courses et de la salle. Après 6 mois, Kristin décide de se mettre à son compte mais ne rêve pas d’un restaurant “classique”. Sa mère lui lance alors l’idée d’un Food Truck tandis que ses amis parisiens lui déconseillent ce concept, persuadés que les français ont besoin de confort et n’adhèreront pas à l’idée de manger dans la rue avec leurs doigts.

Finalement, Kristin se lance et choisit de proposer de vrais burgers américains et surtout de la qualité : elle trouve des fournisseurs qui acceptent de lui faire le pain idéal et la préparation de viande qu’elle a elle-même élaboré pour les steaks, fait venir son cheddar d’Angleterre et dégotte un gruyère âgé AOC d’origine suisse. Autant dire que ça promet d’être un régal !

Camion qui fume 04

L’inauguration du projet a lieu le 29 Novembre 2011. Le mari de Kristin s’est chargé de la communication, si bien que les parisiens affluent devant le camion. Les burgers ont un succès fou, la presse s’en mêle, tout le monde en parle… Bref, le concept cartonne.

Aujourd’hui Kristin a 2 brigades et compte ouvrir un deuxième camion qui sillonnera Paris et sa proche banlieue. Plus tard, elle aimerait même s’étendre vers la province mais son rêve est d’ouvrir un restaurant aux Etats-Unis afin d’y faire découvrir la cuisine française et renverser les préjugés des américains qui l’associe à une cuisine snob et chère.

Camion qui fume 05

Bon, vous l’aurez compris, toute cette agitation autours du Camion qui Fume a finit par réellement m’intriguer, il fallait que j’aille enfin goûter ces fameux burgers ! Alors, voyons voir, y’a quoi au menu ?

Camion qui fume 06

On se décide assez rapidement, ça sera Bleu pour l’Amoureux, BBQ pour mon frère Hugo et Classique pour moi.

Après une heure de queue, on arrive enfin face au camion où l’on nous remet un sac en papier Kraft en nous parlant avec l’accent américain. On va remplir nous-même nos petits pots de Ketchup et on file s’asseoir sur le banc à proximité du Camion qu’Hugo nous avait gentiment réservé.

Camion qui fume 07

Comment vous expliquer la sensation en ouvrant le sac ? C’est un peu Noël. On découvre les burgers, ils sont beaux, chauds, sentent terriblement bons… Il y a une certaine excitation parce qu’on sait pertinemment qu’on en a encore jamais mangé de comme ça et qu’ils sont très prometteurs. Ca y est, c’est bon, chacun a le sien, on va pouvoir croquer dedans… Ah non, attendez les mecs, je fais une photo avant !

Camion qui fume 08 Camion qui fume 09 Camion qui fume 10

En un mot : UNE TUERIE !

Dès la première bouchée, ça respire la qualité et les produits frais. Le pain est brioché, tendre, mais je dois vous avouer qu’il se fait vite oublier vu les saveurs qu’on a à l’intérieur du burger. Le steak est épais, cuit comme il faut, ni trop sec ni trop saignant, on est bien loin des semelles qu’on trouve dans les fast-foods ! Et l’accompagnement… Que dire ?

Le burger Classique est frais, l’oignon croque sous la dent, la tomate est mûre, on a l’impression que la salade vient d’être lavée, le cheddar et la sauce mayonnaise n’alourdissent pas du tout l’ensemble. C’est le burger dont on a tous rêvé une fois, celui qu’on a essayé de faire à la maison sans jamais trouver le pain adéquate. Parce que c’est ça que les burgers du Camion qui Fume respirent : le fait-maison.

Le burger BBQ est gourmand, le bacon et les beignets d’oignon sont croustillants, les oignons caramélisés fondent en bouche, le cheddar se mêle aux saveurs et la sauce barbecue apporte une petite touche sucrée très plaisante. On sent qu’il y a de la cuisine entre ces tranches de pain !

Le burger Bleu est un burger de caractère, la fourme d’Ambert dégouline, les oignons caramélisés viennent apporter un peu de douceur et le porto rouge, réduit jusqu’à ce qu’il devienne un sirop, vient lier les saveurs. C’est un burger où le fromage est respecté, mis en avant et sublimé.

Camion qui fume 11

Les frites sont bonnes, ni trop croustillantes ni molles, pas grasses. J’ai lu qu’elles étaient faites avec des pommes de terre Caesar, réputées pour n’absorber que très peu de graisses. Une bonne initiative ! Par contre, on les a trouvé un peu petites, courtes, ce qui fait qu’à la fin de la barquette il ne nous restait que des mini-frites, plus difficiles à attraper (et à tremper dans le Ketchup sans s’en mettre plein les doigts) donc moins pratiques à manger. D’ailleurs, entre nous, on peut très bien se passer du Ketchup parce qu’elles sont très bonnes natures.

Camion qui fume 12

Si les burgers du Camion qui Fume vous font rêver, rendez-vous sur son site internet pour connaître son itinéraire ! Et si vous n’avez pas l’occasion d’y aller, vous pouvez toujours vous rabattre sur le livre de Kristin Frederick : il est plein de belles photos et de recettes gourmandes qui vous donneront à coup sûr envie de faire de merveilleux burgers !

Vous pourriez aussi aimer

Pas de commentaires

Laisser un petit mot

be4e41cc379c8edb60af1f1993ee59fdrrrrrr